Elzbieta Sikora

compositeur

Bienvenue sur le site d'Elzbieta Sikora
Switch to the english version

Accueil du site > ElzbietaSikora.com FR > Catalogue > Opéra > “Madame Curie”

“Madame Curie”

  • Année : 2010-2012
  • Durée (min) : 110’
  • Effectif : 

    11 voix solistes, chœur mixte, orchestre 3333/ 3431/harpe/accord. /guitar/3batt /archi 14,12,10,6,4/ partie électronique Editeur PWM

    Voir les vidéos

  • Éditeur : 

livret Agata Miklaszewska, adaptation Elzbieta Sikora CM 15 novembre 2012, UNESCO hall, Paris, production de l’Opera Baltycka de Gdansk, Pologne Anna Mikolajczyk, soprano, rôle titre Wojciech Michniewski dir. Marek Weiss metteur en scène

« …La partition d’Elżbieta Sikora est elle aussi bouillonnante, généreuse, souvent percussive et cuivrée – peut-être pour s’approcher de la luminosité mortelle du radium. Elle enveloppe de son énergie le rôle-titre, ne s’appesantit jamais en langueurs inutiles, se colore de touches fines et vives – et plus souvent de graves grondant en pédales anxieuses. Le langage de la compositrice, qui mêle orchestre et informatique, est volubile et nourri, poétique aussi : la déploration de Marie sur le corps de son époux, « Pierre, je veux te dire… », est un bijou d’émotion et de grâce vocale. Car l’écriture vocale de Sikora, pour être ample et bousculée, n’en est pas moins cohérente, mêlant le geste ensauvagé et le mélodisme qui marque l’oreille…. » Chantal Cazaux

« …Composée par Elzbieta Sikora, sur un livret de Agata Miklaszewska , cet opéra , un travail de deux ans , est peut-être une manifestation de sérialisme lyrique avec des touches néo-romantiques, fascinante par sa richesse, sa couleur et l’expressionnisme de l’orchestration. Le spectateur est entraîné tout le long par une partition qui suit l’action de très près. La musique parle pour elle-même, et comporte de très beaux airs pour les solistes. On aurait compris l’histoire sans mots…. » Christa Blenk

« ….la musique empoignante d’Elżbieta Sikora met à l’œuvre l’efficacité des timbres instrumentaux, relevés d’un riche pupitre de percussions. L’Orchestre de l’Opéra Baltique de Gdansk, soumis à une écriture exigeante, est fermement conduit par Wojciech Michniewski soucieux du détail et du relief. Il instaure dès le début une tension dramatique extrême sans jamais noyer les lignes des voix. Sikora opte pour un lyrisme largement déployé, intense comme la brillance du radium même s’il frise parfois l’excès de son… »

Michèle Tosi La Scène, Opéra

 
SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0